Programme des langues et cultures de l’Antiquité en terminale pour 2015-2016 et 2016-2017

, par Olivier Godet

Ce programme propose des pistes pédagogiques ainsi que des indications bibliographiques.

Principales pistes proposées :

Pour Daphnis et Chloé, livre I :

  • Le « roman grec » (comment est-il né ? quelles sont ses caractéristiques ? quel est son public ? comment le situer par rapport à la littérature romanesque antique, médiévale, moderne ? comment a-t-il été apprécié par la critique ?) et le genre de la pastorale.
  • La représentation de la nature et le rôle des descriptions dans l’économie du roman.
  • Réflexion sur le naturel ou l’artificiel dans le roman de Longus : la part de l’observation, du réalisme, celle de la convention et du rêve pastoral.
  • Les accents poétiques, à la manière de Sapho.
  • Spécificité de ce roman grec : moins un « roman d’aventures » qu’un « roman d’amour ». Description de la naissance de l’amour dans le livre I.
  • La postérité de l’œuvre dans les arts : musique, danse, peinture, arts plastiques, etc.

Pour Phèdre :

  • L’étude d’un spectacle théâtral  : questions de mise en scène, de monstration. Exploration du théâtre romain : jeux scéniques, costumes, utilisation des masques, voix et musique, expression théâtrale de toute la gamme des émotions s’étendant du dolor au furor, les différentes fonctions de la parole.
  • Dans cette perspective, la question de la traduction : comment rendre le texte en vue de le jouer  ? Intérêt de la comparaison de traductions, qui attend les candidats à l’épreuve écrite. Apprendre aux élèves à faire des choix raisonnés de traduction, au service d’un objectif littéraire précis, de leur faire sentir que toute traduction est une interprétation.
  • Sur un texte de théâtre, qui est aussi un texte littéraire, poétique et philosophique, travail sur les images, la métrique et les sententiae chères à l’auteur.
  • Retour aux sources grecques pour mieux s’interroger sur les spécificités de l’écriture théâtrale de Sénèque et interrogation de la pièce de Racine
  • La philosophie stoïcienne : la peinture de passions monstrueuses et dévastatrices afin d’en détourner son public ?

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)